2021A la UneDans les médiasPublicationsTextes d'opinion

Vaccin : L’obésité réglementaire, une comorbidité française

Les ratés de la campagne de vaccination sont les symptômes d’une production exponentielle de règles administratives. L’enjeu est de circonscrire le poids de ces normes et d’évaluer précisément leur coût pour l’économie française. Chronique par Nicolas Marques, directeur général de l’Institut économique Molinari, publiée dans Capital.fr.

Comment se fait-il que selon les derniers décomptes, la France ait vacciné comparativement 4 fois moins de personnes qu’en Allemagne ou Espagne, 6 fois moins qu’en Italie voire 19 fois moins qu’au Royaume-Uni, le pays européen le plus en avance. Certes, la population Hexagonale est connue pour être plus craintive à l’encontre des vaccins que nombre de celles de ses voisins. Cela n’explique cependant pas pourquoi les doses disponibles sont moins vite administrées aux personnes qui les attendent avec impatience.

L’impréparation, l’incapacité à mobiliser l’information, à acheter sur les marchés mondiaux, les lenteurs générées par des processus d’homologation français, la difficulté étatique à se coordonner avec les autres acteurs étaient en cause ont pu expliquer les dérapages initiaux dans la gestion de la crise sanitaire. Mais ces travers n’expliquent pas l’inertie dans la campagne de vaccination : les vaccins ont été précommandés par l’Union européenne et nos autorités ont eu des mois pour se préparer.

Une multitude de témoignages pointent la relation qu’entretiennent nos administrations avec le réel. Déconnectées du terrain, qu’elles ne pratiquent pas au jour le jour, sauf dans les domaines régaliens comme la sécurité intérieure et extérieure, nos administrations cherchent à piloter la société à distance de manière indirecte. Elles sont devenues des usines à produire des normes dont elles reportent le coût sur la société, pour le meilleur ou pour le pire. En temps normal cette production réglementaire, censée sécuriser notre vie quotidienne, est souvent contreproductive. En temps de crise, elle génère paralysie ou schizophrénie.

Lire la suite de la chronique sur Capital.fr

Etiquettes

Nicolas Marques

Voir tous les articles de Nicolas Marques

Vous pourrez aussi aimer

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer