A la UneDans les médiasPublicationsTextes d'opinion

Apprendre à positiver les dividendes

Les dividendes sont à leur niveau le plus élevé depuis 2009 et progressent bien plus vite d’une année sur l’autre en France (+3,1%) que dans le monde (+1,1%). Une réalité qui, loin d’apparaître comme une bonne nouvelle, pose pour certains des questions sociétales. N’est-ce pas, une fois de plus, la marque d’un accroissement des inégalités, les profits des uns ne bénéficiant pas nécessairement au plus grand nombre ? La réponse dépend, comme souvent de la perspective qu’on se donne. Chronique de Nicolas Marques, directeur général de l’Institut économique Molinari, publiée sur Capital.fr.

Selon le Janus Henderson Global Dividend Index, les dividendes ont atteint 514 milliards de dollars américains dans le monde au cours du 2ème trimestre 2019. Ils sont à leur niveau le plus élevé depuis 2009 mais leur taux de croissance s’est réduit drastiquement d’une année sur l’autre. La hausse des dividendes est de 1,1% entre les 2èmes  trimestres 2018 et 2019, alors que la société de gestion d’actifs anglaise constatait une augmentation de 14,3% entre les 2èmes  trimestres 2017 et 2018. Cette inflexion serait la marque du ralentissement de l’économie mondiale, avec une contraction des sommes distribuées dans plusieurs pays comme la Suisse (-14 %), la Suède (-7 %) ou l’Allemagne (-0,7 %).

Lire la suite sur le site de Capital.fr

Etiquettes

Nicolas Marques

Voir tous les articles de Nicolas Marques

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer