Dans les médias

Quelles sont les clés idéologiques et politiques pour réussir la croissance verte ?

Article publié dans un dossier spécial du Nouvel économiste le 29 octobre 2009.

La principale clé pour réussir la croissance verte est certainement de dépolitiser la question et de revenir à la réalité.

D’abord, derrière le terme croissance, il y a amélioration du bien-être des individus.

Il est aussi dangereux de se laisser enfermer dans une définition restrictive de ce que les environnementalistes appellent « le vert » et qui est synonyme d’une économie sans hydrocarbures.

En effet, la croissance verte devrait être entendue comme l’amélioration de l’environnement des individus.

À ce sujet, force est de constater que les économies développées offrent un environnement de plus en plus propre aux individus grâce aux gains de productivité qu’une économie compétitive pousse les entreprises à réaliser.

De 1970 à 2000, l’énergie utilisée par dollar de PIB a baissé de 36 %. Enfin, des individus entravés par des réglementations et des taxes – soient elles vertes – sont moins incités à trouver les solutions aux problèmes d’aujourd’hui, notamment environnementaux.

L’idéologie qui consiste à rejeter une économie fondée sur le respect des droits de propriété et la responsabilité pour la remplacer par des impôts, des réglementations est des subventions n’est pas la bonne clé.

*Cécile Philippe est directrice générale de l’Institut économique Molinari.

Etiquettes

Cécile Philippe

Voir tous les articles de la présidente de l'IEM

Vous pourrez aussi aimer

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer