2009

Les dérives de l’étatisation du système de santé

Afin de «maîtriser» les coûts pour les régimes obligatoires d’assurance maladie, les gouvernements dans plusieurs pays – dont la France et la Suisse – imposent un contrôle de plus en plus serré sur l’ensemble de l’offre de soins. Cependant, l’étatisation du système de santé qui en résulte ne permet pas d’atteindre l’objectif visé. Elle crée en revanche des pénuries et des files d’attente pour les patients. Avant de poursuivre dans cette voie, les pouvoirs publics devraient considérer l’expérience de pays, comme le Canada, qui illustrent parfaitement les dérives à terme d’une telle politique.

Une concurrence entre les prestataires de soins, un secteur privé et une médecine libérale bien développés et offrant le choix aux patients ont été parmi les piliers permettant aux systèmes de santé français et suisse de délivrer des soins de qualité, sans l’existence de longues files d’attente. Cela est en train cependant de changer.

LIRE LA SUITE >>>

Vous pourrez aussi aimer

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer