Communiqués de Presse

France, Belgique, les impôts les plus élevés d’Europe

Communiqué de presse

Bruxelles, 27 juillet 2017 – Pas d’allègement fiscal cette année pour les salariés et les employeurs Belges, où le jour de libération fiscale et sociale tombe à nouveau le 27 juillet, deux jours avant les Français qui le célébreront le 29 juillet, comme l’année dernière.

Utilisant une méthodologie identique pour tous les pays, les données décrivent les réalités fiscales et sociales vécues par les personnes réelles qui travaillent. Les jours de libération sociale et fiscale 2017 sont les suivants :

tableau1_fr.png

Principaux enseignements – Belgique

• Les Belges sont, après les Français, les employés plus chers à embaucher dans l’UE, alors que pour leur revenu net, ils sont en 10ème position.

• Le gouvernement belge détient le record des prélèvements sur le salaire d’un employé type avec 33 916€.

• La Belgique se maintient en 2ème position après la France. Un employeur belge doit dépenser 2,15€ pour que le salarié moyen bénéficie de 1€ net après impôts de pouvoir d’achat.

• Le “taux d’imposition réel” (TVA comprise) d’un salarié belge est maintenant de 56,7% alors que la moyenne européenne est de 44,8%.

Principaux enseignements – Europe

• Pour la 3ème année consécutive, le taux d’imposition réel” moyen d’un salarié-type de l’Union Européenne baisse, passant à 44,8% soit une baisse de 0,16%.

• Près de la moitié des cotisations sociales (44,4%) collectées dans l’UE, à savoir les cotisations patronales payées à la sécurité sociale sur les salaires bruts, sont en grande partie invisibles pour les employés.

• Dans les pays appliquant des politiques d’“impôt à taux unique”, les salariés types continuent d’être imposés à des taux plus élevés (45,5%) que dans les systèmes « progressifs » (44,6%) – un écart qui s’est amplifié depuis 2010.

• Plus de la moitié (54,6%) des citoyens de l’UE ne font pas partie de la population active – un chiffre qui augmente avec le vieillissement de la population de l’Europe.


Citations du co-auteur James Rogers :

“Il est encourageant d’entendre le Ministre Kris Peeters confirmer de nouvelles baisses d’impôts et charges qui pourraient augmenter le net des employés et diminuer le coût pour les employeurs en 2018. Mais à ce stade, on ne constate pas de changement. Les Belges continuent de travailler cinq semaines de plus que les suédois pour payer leurs impôts. Il n’empêche qu’ils ont des raisons de rester optimiste pour l’an prochain.”

Citation de la co-auteure Cécile Philippe :

“Il reste beaucoup à faire en Belgique, mais le gouvernement actuel a démontré sa capacité à renverser la tendance pour l’employé belge moyen. La France est à présent dernière dans notre étude. C’est maintenant à son tour de montrer sa capacité à réformer quand le rapport coût/qualité des dépenses publiques françaises est faible par rapport à d’autres pays possédant une tradition sociale similaire. Les réformes de Macron tant attendues pourraient malheureusement ne pas suffire à inverser la tendance.”


Le jour de libération fiscale et sociale est le jour symbolique à partir duquel un salarié arrête théoriquement de payer des impôts à l’Etat et retrouve la liberté d’utiliser ses revenus comme bon lui semble. Cette date reflète la réalité vécue par les personnes réelles qui travaillent dans l’Union européenne et indique le vrai coût d’embauche des employés dans chaque pays.


L’étude de James Rogers et Cécile Philippe de l’Institut économique Molinari, utilise les données statistiques nationales et celles de l’OCDE. Les calculs de cotisations sociales sont effectués par EY.

L’étude 2017 est disponible :

Français : https://www.institutmolinari.org/IMG/pdf/fardeau-fiscal-eu-2017.pdf

Anglais : https://www.institutmolinari.org/IMG/pdf/tax-burden-eu-2017.pdf


Note aux éditeurs : L’Institut économique Molinari (Paris-Bruxelles) est un organisme de recherche et d’éducation indépendant. Il vise à stimuler l’approche économique dans l’analyse des politiques publiques, en proposant des solutions alternatives et innovantes favorables à la prospérité de l’ensemble des individus composant la société.

Pour plus d’informations, veuillez contacter les auteurs de l’étude :

James Rogers

Chercheur – Institut économique Molinari

james@institutmolinari.org

+ 32 497 946 840

Cécile Philippe

Directrice – Institut économique Molinari

cecile@institutmolinari.org

+33 678 869 858

L’Institut économique Molinari

Voir tous les articles de l'IEM

Vous pourrez aussi aimer

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer