2012

L’innovation graduelle, victime de la maîtrise comptable des dépenses de santé

https://www.institutmolinari.org/l-innovation-graduelle-victime-de,1312.html

Si le progrès des médicaments « pionniers » – à l’origine de nouvelles classes thérapeutiques comme la pénicilline – est peu contesté, celui des traitements représentant des innovations graduelles l’est de plus en plus. Appelés souvent, à tort, des médicaments « copies » (ou « me-too »), leur caractère innovant est mal reconnu et leur commercialisation se trouve découragée par les pouvoirs publics qui face au dérapage des dépenses publiques accentuent la maîtrise comptable et bureaucratique des dépenses de santé. De telles politiques privent les patients de leurs bienfaits potentiels et nuisent aussi paradoxalement à la mise au point de ces futurs traitements révolutionnaires que tout le monde attend.

L’Institut économique Molinari

Voir tous les articles de l'IEM

Vous pourrez aussi aimer

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer