Institut économique Molinari https://www.institutmolinari.org L'Institut économique Molinari est un organisme de recherche et d'éducation. Il vise à entreprendre et à stimuler l'approche économique. Fri, 10 Jul 2020 09:30:44 +0000 fr-FR hourly 1 https://i2.wp.com/www.institutmolinari.org/wp-content/uploads/sites/17/2019/02/cropped-iem-icone.png?fit=32%2C32&ssl=1 Institut économique Molinari https://www.institutmolinari.org 32 32 162419335 Mieux comprendre les entreprises au lieu de les critiquer https://www.contrepoints.org/2020/06/25/374336-mieux-comprendre-les-entreprises-au-lieu-de-les-critiquer#new_tab Thu, 25 Jun 2020 12:48:11 +0000 https://www.institutmolinari.org/?p=19192 L’article Mieux comprendre les entreprises au lieu de les critiquer est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
L’article Mieux comprendre les entreprises au lieu de les critiquer est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
19192
The issue at stake was not to choose between lives and the economy https://www.institutmolinari.org/2020/06/23/the-issue-at-stake-was-not-to-choose-between-lives-and-the-economy/ Tue, 23 Jun 2020 13:13:05 +0000 https://www.institutmolinari.org/?p=19185 We often hear that managing a crisis like coronavirus depends on societal choices. The choice would be to save lives or economies. Health and economic data show that reality is much more complex than this simplification of the dilemma. Some countries have managed to accommodate both. Others, like France, have registered both a high mortality …

L’article The issue at stake was not to choose between lives and the economy est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
We often hear that managing a crisis like coronavirus depends on societal choices. The choice would be to save lives or economies. Health and economic data show that reality is much more complex than this simplification of the dilemma. Some countries have managed to accommodate both. Others, like France, have registered both a high mortality rate and a significant economic setback.

The French love tackling issues from a moral standpoint. Too often problems are perceived as opportunities to take a stand according to predefined ideologies, even if it conceals the real issues at stake. For example, we have heard multiple times that managing a crisis like coronavirus depends on societal choices. Anglo-Saxon countries tend to prioritize their economies and worry less about health issues. Countries with a strong welfare state tend to do the opposite by prioritizing saving human lives and worrying less about economic consequences. According to this logic, France would have made “the right choice” by giving priority to “lives” as opposed to “profit”.

Health and economic data show that reality is much more complex than this simplified dilemma. Most European countries have registered a mortality rate of less than 400 deaths per one million inhabitants, as well as an economic contraction of less than 2.5 points of GDP in the first trimester. This is also the case in the United States, whose position at this stage is similar to the Netherlands’ or Sweden’s. The situation in France, Spain, Italy, or Belgium is atypical. We observe a higher mortality rate, as well as a profound setback of economic activity. The issue is much more complex than choosing between saving human lives or the economy. It is possible to suffer both from a high mortality rate and a considerable economic setback.

Of course, we must be careful about these numbers. Some countries are more exhaustive than others when it comes to measuring the mortality rate. Belgian statistics attribute all the excess mortality to Covid-19, while other countries directly measure the number of deaths due to Covid-19.

However, it is true that the data has never shown that we must choose between lives and profit. Worse, this Manichean conception of crisis management does not help us resolve such societal issues. For example, Austria, Germany, Denmark, or Norway show that it is possible to save profits and lives. They are not mutually exclusive.

It is possible to spare hospital services and to prevent their saturation with efficient preventive measures and a prior management of health issues, while also avoiding a shutdown of social and economic life. This is what we observed in multiple Asian countries, notably in South Korea.

However, this was not what happened in Italy, the first European country to be hit by the pandemic. It was also not what happened in France, where public authorities rejected easy preventative measures, such as wearing a mask, and put public hospitals on the front line. This hospital-centered strategy led to the saturation of technical platforms with disappointing health results. Taking in charge patients in the most advanced stages of a disease is known to be the costliest both in terms of medical equipment and human lives. Because of a Malthusian policy of limited testing, authorities were forced to handle the saturation of public hospitals by placing the whole population under non-selective and non-discriminatory lockdown.  This traditional method from the Middle Ages was the only one left at our disposal, as the French government had failed to do the economic calculations that allowed their neighbours to better handle the spread of the virus.

Experience shows that this calculation – both human and economic – has failed us. Saving lives or saving the economy does not have to be a contradiction. The issue at stake was not to decide what would be sacrificed, but to minimize the consequences. We can very well believe that “life has no price”, and that the economy must come second, but this unfortunately does not protect us against excess mortality. Viruses do not care for our ideologies; they are by nature pragmatic.

This article was originally published in French by Institut Économique Molinari. Translated by Ombeline Lemarchal for Epicenter, the European Policy Information Center.

L’article The issue at stake was not to choose between lives and the economy est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
19185
LCI – Oxfam, l’arroseur arrosé https://www.institutmolinari.org/2020/06/23/lci-oxfam-larroseur-arrose/ Tue, 23 Jun 2020 12:53:50 +0000 https://www.institutmolinari.org/?p=19197 LCI – Perri Scope de Pascal Perri du 23/06/2020 Un échange entre Nicolas Marques, directeur général de l’Institut économique Molinari, et Pascal Perri suite à la dernière étude d’Oxfam, censée illustrer une augmentation tendancielle des inégalités. L’étude en question, basée sur une période de reprise et ignorant la période de crise la précédant, ne permet …

L’article LCI – Oxfam, l’arroseur arrosé est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
LCI – Perri Scope de Pascal Perri du 23/06/2020

Un échange entre Nicolas Marques, directeur général de l’Institut économique Molinari, et Pascal Perri suite à la dernière étude d’Oxfam, censée illustrer une augmentation tendancielle des inégalités. L’étude en question, basée sur une période de reprise et ignorant la période de crise la précédant, ne permet de tirer aucun enseignement représentatif. Seule une mesure du cycle à un autre est représentative lorsqu’on veut comparer ce qui revient aux salariés, actionnaires et dirigeants. Et les mesures sur un cycle complet ne montrent pas une explosion des inégalités, bien au contraire.

L’article LCI – Oxfam, l’arroseur arrosé est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
19197
Mieux comprendre les entreprises au lieu de les critiquer https://www.institutmolinari.org/2020/06/22/oxfam-encore-un-effort-pour-mieux-comprendre-les-entreprises-2/ Mon, 22 Jun 2020 18:17:35 +0000 https://www.institutmolinari.org/?p=19168 Les résultats du rapport publié ce lundi par l’ONG Oxfam sur l’évolution de la répartition des richesses créées par les entreprises du CAC 40 sont biaisés. Ils oublient la dernière crise et portent exclusivement sur une période de reprise, ce qui fausse la perspective. Texte d’opinion par Nicolas Marques et Cécile Philippe, directeur général et …

L’article Mieux comprendre les entreprises au lieu de les critiquer est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
Les résultats du rapport publié ce lundi par l’ONG Oxfam sur l’évolution de la répartition des richesses créées par les entreprises du CAC 40 sont biaisés. Ils oublient la dernière crise et portent exclusivement sur une période de reprise, ce qui fausse la perspective. Texte d’opinion par Nicolas Marques et Cécile Philippe, directeur général et présidente de l’Institut économique Molinari, publié dans La Tribune.

Dans le monde d’avant comme dans celui d’après, les entreprises jouent un rôle incontournable. Au final, tout le monde le sait. Les uns reçoivent des salaires, les autres le rendement de leur épargne ou des transferts sociaux. Qu’on le veuille ou non, la création de valeur monétaire part le plus souvent de l’entreprise et y revient, quelle que soit sa forme. Si certaines ont meilleure presse que d’autres, en particulier, la petite entreprise, nous n’avons rien à gagner de débats biaisés fustigeant les plus grandes. Si certains pensent qu’on peut fiscaliser et réglementer davantage les grandes entreprises comme celles du CAC 40, cela relève soit d’une opération de destruction massive, soit d’une myopie dont nous devrions nous prémunir.

Le principe de « l’incidence fiscale »

Les entreprises sont des lieux de coordination d’individus pour réaliser des projets, dont on espère qu’ils vont produire de la valeur pour leurs consommateurs. Les fiscaliser n’est jamais anodin. Comme l’explique l’économiste Pascal Salin, les entreprises en tant que telles ne paient pas d’impôts. En bout de ligne, ce sont les individus comme vous et nous qui les payons. L’entreprise répercute le coût de la pression fiscale sur les personnes physiques, consommateurs, salariés ou épargnants. C’est le principe de « l’incidence fiscale ».

Comme la France produit plutôt des produits peu différenciants, elle ne peut augmenter fortement ses prix de vente. Du coup, une partie du poids de la fiscalité est reportée sur les salariés. Plus la fiscalité est lourde, plus il y a de modération salariale, voire des pertes d’emploi. Le coût des impôts peut aussi être répercuté sur les épargnants-actionnaires, qui comparent le rendement après impôts. Les entreprises sont alors contraintes de faire plus d’efforts pour compenser le poids de la fiscalité française. Lorsque la fiscalité est trop élevée et que les coûts de l’entreprise se révèlent trop importants, elles peuvent être amenées à se délocaliser ou disparaitre. C’est ainsi qu’on a découvert douloureusement pendant la crise que nombre de produits de première nécessité n’étaient plus fabriqués en France. Penser qu’on pourra rapatrier les productions sans toucher aux impôts de production qui représentent 3,2 % du PIB en France, contre 1,6 % dans l’UE et 0,4 % en Allemagne, est une vue de l’esprit.

Présentation biaisée

On ne peut pas raisonner en France à propos des entreprises sans avoir bien en tête les ordres de grandeur les concernant, aussi bien en matière fiscale et réglementaire. Or, c’est très exactement ce qu’essaie de faire le dernier rapport d’Oxfam à propos des entreprises du CAC 40. A partir d’une présentation biaisée de ces entreprises, l’ONG propose des solutions qui tirent toujours plus fort sur la corde fiscale et réglementaire, avec le risque de cliver, encore plus, la société. Dans les faits, les salariés ont besoin des dirigeants comme des actionnaires. Tous ont intérêt à la bonne santé financière de l’entreprise.

Le dernier rapport d’Oxfam est ainsi censé décrire l’évolution du CAC 40 entre 2009 et 2018, mais ce n’est pas le cas. Oxfam a construit un indicateur qui ne correspond ni à la composition du CAC 40 de 2018, ni à sa composition dans les années qui précède, ni au noyau dur des 32 entreprises faisant partie du CAC 40 en 2009 et 2018. L’ONG prétend éclairer l’évolution des inégalités avec son indicateur « maison » qui n’est pas représentatif. Il intègre même une entreprise, Solvay, absente du CAC 40 au début comme à la fin de la période sur laquelle Oxfam se focalise.

La période d’analyse d’Oxfam est tout aussi contestable. L’ONG a choisi de se focaliser sur 2009-2018 pour analyser l’évolution des rémunérations des salariés, actionnaires et dirigeants. L’ONG s’alarme d’une progression des inégalités, les rémunérations des actionnaires et des dirigeants ayant progressé plus vite que celles des salariés sur cette période. Mais 2009 n’est pas une année anodine, les dividendes et les rémunérations des dirigeants étant cette année-là à leur plus bas. Oxfam oublie de préciser que les dividendes avaient, en effet, baissé de 18 %, entre 2008 et 2009 et que les rémunérations des dirigeants avaient chuté plus encore, avec -45 % entre 2006 et 2009.

En écartant les baisses de rémunérations des actionnaires et des dirigeants et en se focalisant sur les périodes de hausse, Oxfam produit une analyse biaisée. Les rémunérations des actionnaires et des dirigeants augmentent lorsque la santé financière des entreprises est bonne et diminuent lorsque c’est l’inverse.

Oxfam s’indigne d’une augmentation bien plus rapide de la rémunération des dirigeants figurant dans son échantillon sur sa période d’analyse, mais oublie de préciser que sur un cycle économique complet la rémunération moyenne des dirigeants du CAC 40 a progressé d’à peine 1,4 % de 2006 à 2018, soit 0,11 % par an. Le sujet de la rémunération des dirigeants, fort intéressant soit-il, ne devrait être en aucun cas l’alpha et l’oméga du débat politique. L’an passé, la rémunération des 40 dirigeants représentait 0,07 % ou 1/1335ème des dépenses de personnel des entreprises du CAC 40. Et contrairement à une idée reçue, les dirigeants et les assemblées générales sont précautionneux. Les chiffres publiés il y a quelques jours par Ethics & Board montrent que les rémunérations des dirigeants français ont baissé de 9,1 % en 2019, alors que le CAC avait enregistré sa meilleure performance depuis deux décennies, avec + 26,5 %.

Loin des idées reçues, on ne constate pas que le fossé se creuse entre dirigeants et sur le cycle économique que nous venons de traverser de 2006 à 2019. Bien au contraire, on observe que les rémunérations des salariés ont progressé bien plus vite que celle des dirigeants du CAC 40.

D’une manière générale, les chiffrages que nous avons publiés récemment montrent que les salariés ne sont pas les victimes des entreprises. En 2019, 5 millions de salariés des entreprises du CAC 40 ont bénéficié de 267 milliards d’euros de dépenses de personnels, suivis par les Etats, avec 80 milliards de prélèvements obligatoires, puis des actionnaires, avec 42 milliards de dividendes après impôts.

Les entreprises ne sont certainement pas parfaites, mais il n’y a rien à gagner à multiplier les propositions de changements radicaux à partir de constats inexacts. On risquerait de faire plus de mal que de bien. Dans cette phase difficile qui s’annonce, nous avons plus que jamais besoin des entreprises et il convient de garder les idées claires à leur sujet. Elles doivent concilier les intérêts de toutes les parties prenantes et non s’aligner sur les attentes de ceux qui sauront crier le plus fort. Les entreprises françaises souffrent d’un excès de fiscalité et de normes. Il serait destructeur de d’amplifier ces travers au nom d’enjeux plus politiques qu’économiques.

L’article Mieux comprendre les entreprises au lieu de les critiquer est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
19168
Oxfam, encore un effort pour mieux comprendre les entreprises https://www.latribune.fr/opinions/oxfam-encore-un-effort-pour-mieux-comprendre-les-entreprises-850922.html#new_tab Mon, 22 Jun 2020 18:13:53 +0000 https://www.institutmolinari.org/?p=19169 L’article Oxfam, encore un effort pour mieux comprendre les entreprises est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
L’article Oxfam, encore un effort pour mieux comprendre les entreprises est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
19169
Caricaturer et opposer, comme le fait Oxfam, n’enrichit ni le débat ni les individus https://www.institutmolinari.org/2020/06/22/caricaturer-et-opposer-comme-le-fait-oxfam-nenrichit-ni-le-debat-ni-les-individus/ Mon, 22 Jun 2020 18:09:29 +0000 https://www.institutmolinari.org/?p=19164 Selon Nicolas Marques et Cécile Philippe, directeur général et présidente de l’Institut économique Molinari, le dernier rapport d’Oxfam caricature la réalité, attise les clivages de façon contre-productive et passe à côté des solutions clef pour enrichir les individus. Texte d’opinion publié dans L’Opinion. Le dernier rapport d’Oxfam sur les entreprises du CAC 40 est probablement …

L’article Caricaturer et opposer, comme le fait Oxfam, n’enrichit ni le débat ni les individus est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
Selon Nicolas Marques et Cécile Philippe, directeur général et présidente de l’Institut économique Molinari, le dernier rapport d’Oxfam caricature la réalité, attise les clivages de façon contre-productive et passe à côté des solutions clef pour enrichir les individus. Texte d’opinion publié dans L’Opinion.

Le dernier rapport d’Oxfam sur les entreprises du CAC 40 est probablement encore plus caricatural que le précédent. Il est censé décrire l’évolution du CAC 40 entre 2009 et 2018, mais ce n’est pas le cas. Oxfam a construit un indicateur qui ne correspond ni à la composition du CAC 40 de 2018, ni à sa composition dans les années qui précèdent, ni au noyau dur des 31 entreprises qui faisaient partie du CAC 40 en 2009 et 2018. L’ONG prétend éclairer l’évolution des inégalités avec son indicateur « maison » qui n’est donc pas représentatif. Il intègre même une entreprise, Solvay, absente du CAC 40 au début comme à la fin de la période sur laquelle Oxfam se focalise.

La période d’analyse d’Oxfam est tout aussi contestable. L’ONG a choisi de se focaliser sur 2009-2018 pour analyser l’évolution des rémunérations des salariés, actionnaires et dirigeants. L’ONG s’alarme d’une progression des inégalités, les rémunérations des actionnaires et des dirigeants ayant progressé plus vite que celles des salariés sur cette période. Mais 2009 n’est pas une année anodine, les dividendes et les rémunérations des dirigeants étant cette année-là à leur plus bas. Oxfam oublie de préciser que les dividendes avaient en effet baissé de 18 % entre 2008 et 2009 et que les rémunérations des dirigeants avaient chuté davantage encore, avec un recul de 45 % entre 2006 et 2009. En écartant les baisses de rémunérations des actionnaires et des dirigeants et en se focalisant sur les périodes de hausse, Oxfam produit une analyse biaisée. Les rémunérations des actionnaires et des dirigeants augmentent lorsque la santé financière des entreprises est bonne et diminuent lorsque c’est l’inverse. Oxfam s’indigne d’une augmentation bien plus rapide de la rémunération des dirigeants figurant dans son échantillon sur sa période d’analyse, mais oublie de préciser que si l’on remonte dans le temps, la rémunération moyenne des dirigeants du CAC 40 a progressé d’à peine 1,4% de 2006 à 2018, soit 0,11 % par an.

Le risque avec cette vision est de cliver, encore plus, la société. Dans les faits, les salariés ont besoin des dirigeants comme des actionnaires. Les chiffrages que nous avons publiés, il y a quelques jours, montrent que les salariés ne sont pas les victimes des entreprises. En 2019, 5 millions de salariés des entreprises du CAC 40 ont bénéficié de 267 milliards d’euros de dépenses de personnels, suivis par les Etats, avec 80 milliards de prélèvements obligatoires, puis des actionnaires, avec 42 milliards de dividendes après impôts.

De même, le sujet de la rémunération des dirigeants, fort intéressant soit-il, ne devrait être en aucun cas l’alpha et l’oméga du débat politique. L’an passé, la rémunération des 40 dirigeants représentait 0,07 % ou 1/1335ème des dépenses de personnel des entreprises du CAC 40. Et contrairement à une idée reçue, les dirigeants et les assemblées générales sont précautionneux. Les chiffres publiés il y a quelques jours par Ethics & Board montrent que les rémunérations des dirigeants français ont baissé de 9,1 % en 2019, alors que le CAC avait enregistré sa meilleure performance depuis deux décennies, avec + 26,5 %.

Les propositions politiques d’Oxfam posent encore plus de problèmes. L’ONG demande plus de réglementations pour limiter l’enrichissement des actionnaires et des dirigeants, en oubliant que nous sommes dans un pays où la fiscalité joue déjà un rôle redistributif et que l’enjeu est aussi d’enrichir les individus. Elle passe sous silence l’existence des solutions concrètes permettant à tout un chacun de s’organiser, pour s’enrichir ou se prémunir d’une éventuelle augmentation des inégalités liée à une potentielle décorrélation des salaires et des rendements boursiers.

Si l’on est persuadé que les actionnaires s’enrichissent trop et que l’on est attaché à une approche égalitariste, on devrait faire en sorte que tout un chacun puisse devenir actionnaire. Or, l’ONG passe totalement à côté de cette réalité et enjeu sociétal émancipateur. Elle prétend que les dividendes profitent à une minorité, en passant sous silence qu’ils bénéficient à des millions de personnes n’étant pas particulièrement fortunées. Des dizaines de millions de Français en profitent par l’intermédiaire de leur assurance vie ou épargne retraite facultative (Préfon, PER…). Des millions de salariés en bénéficient grâce à l’actionnariat salarié, fort développé dans les entreprises du CAC 40. Des centaines de milliers de Français en profitent par l’intermédiaire des dispositifs d’épargne par capitalisation collective (Etablissement de retraite additionnelle de la fonction publique, caisse de retraites des salariés de la Banque de France ou du Sénat, retraite des pharmaciens…).

Malheureusement, on n’entend pas ceux qui craignent un accroissement des inégalités faire la promotion de l’épargne ou la généralisation des fonds pensions. Pire, ils s’opposent à toute diversification du financement des retraites, en défendant le tout répartition, qui plus est sans réserves financières. Ces deux paris osés, qui concentrent les risques sociétaux au lieu de les diversifier, ne sont pratiqués nulle part ailleurs.

Or, les gestionnaires d’actifs, de BlackRock à Amundi en passant par Vanguard, et les fonds de pensions sont des armes plus efficaces pour enrichir les individus que les solutions clef en main coercitives. La démocratisation de l’épargne est incontournable si l’on veut que la création de richesse profite durablement au plus grand nombre. C’est ce qu’expliquait déjà Jean-Jaurès, il y a plus d’un siècle, dans les colonnes de l’Humanité, le journal qu’il avait fondé pour unifier le mouvement socialiste français. Soucieux d’émanciper la classe ouvrière, il s’opposait à ceux qui préféraient cliver dans l’espoir de susciter des révolutions hasardeuses. Le persistance de ce débat montre que le progrès social n’est pas certain et reste à construire à long terme…

L’article Caricaturer et opposer, comme le fait Oxfam, n’enrichit ni le débat ni les individus est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
19164
Il nous faut des entreprises fortes pour surmonter la crise https://www.institutmolinari.org/2020/06/22/il-nous-faut-des-entreprises-fortes-pour-surmonter-la-crise-2/ Mon, 22 Jun 2020 13:24:37 +0000 https://www.institutmolinari.org/?p=19159 La crise du coronavirus va nous faire réaliser chèrement combien la création de richesse opérée par les grandes entreprises notamment est fondamentale. Elle est clef pour les salariés et les Etats qui en bénéficient directement et pour tout l’écosystème de sous-traitants et partenaires qui en bénéficient indirectement. Chronique de Cécile Philippe, présidente de l’Institut économique Molinari, …

L’article Il nous faut des entreprises fortes pour surmonter la crise est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
La crise du coronavirus va nous faire réaliser chèrement combien la création de richesse opérée par les grandes entreprises notamment est fondamentale. Elle est clef pour les salariés et les Etats qui en bénéficient directement et pour tout l’écosystème de sous-traitants et partenaires qui en bénéficient indirectement. Chronique de Cécile Philippe, présidente de l’Institut économique Molinari, publiée dans Les Échos.

La crise du coronavirus va nous faire nous rendre compte combien la création de richesse opérée par les grandes entreprises, notamment, est fondamentale. Elle est cruciale pour les salariés et les Etats, qui en bénéficient directement et pour tout l’écosystème de sous-traitants et partenaires qui en bénéficient indirectement. Si les chiffres 2019 sont bons, les perspectives pour 2020 sont dégradées , ce qui pénalisera avant tout les finances publiques fragiles.

Dans les faits, l’entreprise dans les sociétés actuelles joue un rôle pivot qui reste souvent mal compris. Elle favorise la création de richesse et contribue significativement au bien commun. Les entreprises du CAC 40 ont ainsi créé 389 milliards d’euros de richesse pour la collectivité française et mondiale en 2019. La dernière étude de l’Institut économique Molinari montre que cette contribution sociale et fiscale a bénéficié avant tout aux 5,1 millions de salariés des entreprises du CAC 40, avec 267 milliards d’euros de dépenses de personnels, suivis par les Etats, avec 80 milliards de fiscalités, puis les actionnaires, avec 42 milliards de dividendes après impôts. Cette contribution a progressé de 16 % en trois ans. Les Etats ont été les premiers gagnants avec +31 %, liés notamment au dynamisme de l’impôt sur les sociétés (+34 %).

Contraction des dividendes

Pour 2020, les perspectives sont dégradées car les résultats des entreprises du CAC 40 devraient être moins bons. Les Etats, et notamment la France, devraient être les premiers à pâtir de la conjoncture. Les résultats nets devraient diminuer, ce qui réduira la progression des recettes d’impôt sur les sociétés. La fiscalité sur les dividendes rapportera aussi moins que prévu.

Lire la suite de la chronique sur Les Échos.

L’article Il nous faut des entreprises fortes pour surmonter la crise est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
19159
Il nous faut des entreprises fortes pour surmonter la crise https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/il-nous-faut-des-entreprises-fortes-pour-surmonter-la-crise-1217281#new_tab Mon, 22 Jun 2020 13:21:18 +0000 https://www.institutmolinari.org/?p=19160 L’article Il nous faut des entreprises fortes pour surmonter la crise est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
L’article Il nous faut des entreprises fortes pour surmonter la crise est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
19160
Cécile Philippe et Nicolas Marques (IEM): «Caricaturer et opposer, comme le fait Oxfam, n’enrichit ni le débat ni les individus» https://www.lopinion.fr/edition/economie/cecile-philippe-nicolas-marques-iem-caricaturer-opposer-fait-oxfam-n-218951#new_tab Mon, 22 Jun 2020 13:20:12 +0000 https://www.institutmolinari.org/?p=19157 L’article Cécile Philippe et Nicolas Marques (IEM): «Caricaturer et opposer, comme le fait Oxfam, n’enrichit ni le débat ni les individus» est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
L’article Cécile Philippe et Nicolas Marques (IEM): «Caricaturer et opposer, comme le fait Oxfam, n’enrichit ni le débat ni les individus» est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
19157
France Culture – Les dirigeants représentaient 0,07 % de la masse salariale du CAC 40 en 2019 https://www.institutmolinari.org/2020/06/22/france-culture-les-dirigeants-representaient-007-de-la-masse-salariale-du-cac-40-en-2019/ Mon, 22 Jun 2020 12:57:59 +0000 https://www.institutmolinari.org/?p=19200 France Culture – Le Matin de Guillaume Erner du 22/06/2020 Guillaume Erner recevait Cécile Duflot, directrice d’Oxfam France, le jour de la sortie du dernier rapport de l’ONG sur (contre) le CAC 40. Il souligne que les travaux de l’ONG, encensés dans l’Humanité et Libération, sont contestés dans L’Opinion, avec une analyse de l’Institut économique Molinari soulignant que …

L’article France Culture – Les dirigeants représentaient 0,07 % de la masse salariale du CAC 40 en 2019 est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
France Culture – Le Matin de Guillaume Erner du 22/06/2020

Guillaume Erner recevait Cécile Duflot, directrice d’Oxfam France, le jour de la sortie du dernier rapport de l’ONG sur (contre) le CAC 40. Il souligne que les travaux de l’ONG, encensés dans l’Humanité et Libération, sont contestés dans L’Opinion, avec une analyse de l’Institut économique Molinari soulignant que les salaires des dirigeants, significatifs quand on les compare aux salaires moyens, représentaient 0,07% des dépenses de personnel en 2019. Cécile Duflot considère que c’est la tendance qui prime, mais nos calculs sur un cycle économique complet ne montrent pas une explosion des inégalités.

L’article France Culture – Les dirigeants représentaient 0,07 % de la masse salariale du CAC 40 en 2019 est apparu en premier sur Institut économique Molinari .

]]>
19200