Articles d’intérêt


Pour soutenir notre action :
Appuyer l'iem
Partager nos travaux :

Joignez notre groupe sur Facebook

Réduction du déficit : Comment la France réduit son train de vie en vendant son patrimoine

mercredi 7 mai 2014.

Article de Nicolas Beunaiche publié le 15 avril 2014 sur 20minutes.fr

rien

ÉCONOMIE - À l’image de l’Italie, qui vend actuellement 150 voitures sur Internet, la France cède résidences et immeubles au plus offrant…

Vend Alfa Romeo 166 de 2001, 115.994 km au compteur, pour 1.395 euros… Sur l’eBay italien, les offres de voitures d’occasion se sont multipliées ces derniers jours. Des Maserati aux Lancia en passant par les BMW, ce sont plus de 100 berlines de grandes marques qui se sont ainsi écoulées entre la fin mars et ce mercredi, jour de la fin de la vente aux enchères. Valeur estimée des transactions : 1,5 million d’euros. Mais l’intérêt de l’information se trouve ailleurs, dans l’identité du vendeur lui-même : l’État italien.

L’initiative est en effet à mettre à l’actif de Matteo Renzi, le nouveau président du Conseil, et fait partie d’un plan de relance plus vaste. Cependant, si elle est originale, elle n’en est pas pour autant inédite. Avant l’Italie, la Grèce, l’Espagne, l’Irlande ou encore la France se sont également lancées dans la vente d’une partie de leur patrimoine. Avec quelques lots de prestige à la clé : des îles grecques paradisiaques, un parc naturel en Andalousie, un appartement de 35 millions d’euros en plein Manhattan…

Réduction des déficits oblige, il n’est plus question pour les États d’afficher le même train de vie. En France, le Premier ministre, Manuel Valls, a d’ailleurs fixé le cap : la France devra faire des économies de 50 milliards d’euros d’ici à 2017. Comment ? Le voile n’a pas encore été levé, mais Le Parisien croit savoir que l’une des pistes envisagées, en complément de la stabilité de la masse salariale de la fonction publique ou de la réduction des dépenses de santé, est la cession d’une partie du patrimoine immobilier de l’État. Une manœuvre qui joue directement sur le déficit public, confirme Sylvain Larrieu, responsable du compte des administrations publiques à l’Insee.

Le petit trésor de l’État

Il faut dire que l’État dort sur un petit trésor. Ou plutôt à l’intérieur, pour être précis. Les collectivités locales, les administrations de Sécurité sociale et lui-même possèderaient à elles trois « un patrimoine évalué à plus de 2.500 milliards d’euros, soit environ 125% de leur passif financier », assure l’Institut économique Molinari. Un patrimoine qui se trouve dans l’Hexagone, mais aussi à l’étranger, où la France possède 1.500 biens d’une valeur estimée entre 4,5 et 5 milliards d’euros.

En plus de l’appartement de l’ambassadeur français à l’ONU à New York, il y a quelques jours, l’État français a ainsi cédé nombre de biens immobiliers ces dernières années : l’appartement de fonction du consul de France à Chicago pour 750.000 euros, l’ancien consulat d’Agadir au Maroc pour 356.000 euros, la résidence du consul de France sur les hauteurs de Hong Kong pour 52 millions d’euros. Et la liste devrait s’allonger ces prochains mois.

Le château de Versailles aux Qataris ?

Ces ventes restent toutefois « marginales » dans l’effort de réduction du train de vie de l’État, assure Oliver Passet, économiste chez Xerfi. « Ces rentrées d’argent ont un impact sur une année, mais elles n’allègent pas le déficit structurel. Elles sont un outil transitoire », précise-t-il. « Le grand facteur de réduction du déficit public, ça reste les recettes fiscales », renchérit Sylvain Larrieu.

Ce mouvement de fond, amorcé avant la crise, est en tout cas une rupture avec les décennies passées. Désormais, l’État s’est fixé comme objectif une « gestion active de son patrimoine », selon les mots d’Olivier Passet. Il fait d’une pierre deux coups. En se séparant de certains biens dispendieux, ils s’exonèrent de leur entretien, et récupèrent leur valeur en cash. De là à imaginer le château de Versailles ou de Fontainebleau vendu à des Qataris ? Heureusement non. Car ce type de monuments historiques est protégé par la loi. En tout cas pour le moment.




Institut économique Molinari : proposer des solutions alternatives et  innovantes favorables à la prospérité de l’ensemble des individus composant la  société

Institut économique Molinari
Paris - Bruxelles - Montréal