Brèves de l’IEM

L’IEM s’attaque à la blogosphère ! Deux blogs accueillent déjà nos réactions à l’actualité sur les sites du Journal du Dimanche et du journal La Provence. Proposés à leurs lecteurs, nous vous invitons à les découvrir à votre tour !



Pour soutenir notre action :
Appuyer l'iem
Partager nos travaux :

Joignez notre groupe sur Facebook

Produits plus chers, plus légers ou modifiés : à vous de choisir !

par Mathieu Bédard
mercredi 8 octobre 2008.

Brève publiée le 8 octobre 2008 sur le site du journal La Provence.

60 millions de consommateurs dénonce dans son édition du 24 septembre 2008 la façon dont certaines marques modifient leurs emballages, recettes ou quantité contenue dans chaque lot.

rien

60 millions de consommateurs dénonce dans son édition du 24 septembre 2008 la façon dont certaines marques modifient leurs emballages, recettes ou quantité contenue dans chaque lot. L’association y voit une tentative de déjouer la vigilance des consommateurs, voire qualifie ces pratiques de « petites mesquineries du grand commerce ». En fait, il s’agit simplement d’une stratégie de l’industrie alimentaire pour faire face à l’augmentation des coûts de production qui n’est pas forcément contre les intérêts des consommateurs.

Prétendre que les industriels modifient leurs produits pour profiter de l’inattention des consommateurs est une impasse. Si ceux-ci ne voient pas de différence, c’est vraisemblablement qu’il s’agit d’un changement marginal qui n’est pas assez important pour être remarqué.

Il n’existe en fait que deux autres cas de figure, et les choix des consommateurs restent déterminants dans chacun d’entre eux. Soit les consommateurs remarquent en effet ces changements – et 60 millions de consommateurs peut éveiller leur vigilance – et approuvent la démarche des industriels. Soit ils remarquent les changements, et choisissent une autre marque pour sanctionner cette pratique.

Dans tous les cas il appartient donc aux consommateurs de rendre le verdict sur les vertus des différentes stratégies commerciales, puisqu’ils ont la possibilité de choisir parmi les marques dont les prix ont augmentés et celles qui ont modifié leurs produits. Si cette dernière approche d’adaptation à la hausse des coûts de production est mauvaise, ceux qui en souffriront le plus seront les industriels qui verront leurs produits boudés. En revanche, il n’est pas non plus exclu que les consommateurs préfèrent des produits plus légers ou modifiés. Il serait paradoxalement contre les intérêts des consommateurs d’interdire aux marques de changer leurs produits – comme peut le laisser croire la campagne de 60 millions de consommateurs – les acculant ainsi à pratiquer des prix plus élevés.

Les industriels ne font donc que réagir à un environnement économique défavorable, et les solutions qu’ils nous proposent sont vraisemblablement un moindre mal pour les consommateurs. Pour défendre leurs intérêts, la meilleure façon est de les laisser librement donner leur verdict sur les différentes pratiques commerciales des marques !

Mathieu Bédard, chercheur, Institut économique Molinari




Institut économique Molinari : proposer des solutions alternatives et  innovantes favorables à la prospérité de l’ensemble des individus composant la  société

Institut économique Molinari
Paris - Bruxelles - Montréal