Dans les médias


Pour soutenir notre action :
Appuyer l'iem
Partager nos travaux :

Joignez notre groupe sur Facebook

Les élites politiques anglaises en désaccord sur le climat

par Cécile Philippe
jeudi 11 août 2005.

Article publié par l’Agefi dans le numéro du 8-9-10 juillet 2005.

rien

Alors que le G8 se réunit à Gleneagles en Ecosse pour parler de réchauffement climatique et d’aide au développement, la Chambre des Lords en Angleterre a fait paraître le 6 juillet un rapport sur l’économie du changement climatique. Ce rapport mérite toute notre attention car il constitue une évolution importante dans le consensus affiché jusqu’alors parmi les élites politiques anglaises.

En effet, depuis plusieurs mois déjà, le changement climatique est devenu une priorité pour le premier ministre britannique Tony Blair, qui a d’ailleurs fait inscrire ce thème dans le programme du G8. C’est pour plaider pour une action dans le domaine du climat qu’il a rencontré le 7 juin dernier son homologue américain George W. Bush afin de lui faire admettre que « les changements climatiques sont un grave problème à long terme auquel il faut s’attaquer ». Reste que, sans consensus au sein des scientifiques sur le problème du réchauffement, les différents gouvernements auront du mal à se mettre d’accord sur les actions à mener.

Or, une chose est sûre, le consensus sur le climat n’existe pas au sein des scientifiques. Si ces derniers semblent s’accorder sur l’augmentation importante du dioxyde de carbone dans l’atmosphère au cours des 200 dernières années, de nombreuses questions restent ouvertes comme celle du lien entre les gaz à effet de serre dans l’air et la hausse des températures. Habituellement, le consensus est une affaire politique tandis que le scepticisme est du côté des hommes de science. C’est pourquoi le rapport du comité des affaires économiques de la Chambre des Lords est tout à fait exceptionnel dans la mesure où il jette le doute sur la politique du gouvernement britannique.

Le rapport de la Chambre des Lords consiste essentiellement à rappeler les incertitudes qu’ont un grand nombre de scientifiques en ce qui concerne la science du climat, du professeur Ross McKitrick, qui a remis en question le graphe des températures utilisé par l’Intergovernmental Panel of Climate Change (IPCC), au professeur Bjorn Lomborg, auteur de « L’Ecologiste sceptique », ou encore le professeur Richard Lindzen du MIT.

Ainsi, les conclusions du rapport sont sans équivoque : « La science sur le changement climatique laisse entrevoir des incertitudes considérables en ce qui concerne l’avenir (…) Les coûts de réduction sont incertains, tout comme le sont les bénéfices, qui sont de surcroît plus éloignés dans le temps. » Le comité va jusqu’à remettre en question l’objectivité du processus de l’IPCC ainsi que ses exercices de scénario concernant les émissions. Le comité reconnaît également que le protocole de Kyoto ne fera qu’une légère différence au niveau des températures et qu’il est peu probable que l’approche consistant à réduire les émissions de dioxyde de carbone réussisse. Il invite ainsi le gouvernement anglais à réviser sa politique énergétique et climatique.

Tony Blair a déploré l’incapacité des gouvernements à se mettre d’accord, il va maintenant lui falloir faire face au manque de consensus au sein même de son pays, d’autant plus que la critique émane de cette institution qu’est la Chambre des Lords. Quel que soit son pouvoir réel, celle-ci est en effet connue pour son indépendance et son influence. Il nous apparaît extrêmement sain que ses membres rappellent des vérités souvent ignorées du grand public soumis à un discours dominé par une seule pensée : celle qu’il faut agir au plus vite contre le réchauffement climatique, à n’importe quel prix.

Cécile Philippe est la directrice de l’Institut Economique Molinari, Bruxelles




Institut économique Molinari : proposer des solutions alternatives et  innovantes favorables à la prospérité de l’ensemble des individus composant la  société

Institut économique Molinari
Paris - Bruxelles - Montréal