Brèves de l’IEM

L’IEM s’attaque à la blogosphère ! Deux blogs accueillent déjà nos réactions à l’actualité sur les sites du Journal du Dimanche et du journal La Provence. Proposés à leurs lecteurs, nous vous invitons à les découvrir à votre tour !



Pour soutenir notre action :
Appuyer l'iem
Partager nos travaux :

Joignez notre groupe sur Facebook

Les 166 mesures d’économies de Sarkozy

par Valentin Petkantchin
vendredi 16 mai 2008.

Le deuxième conseil de modernisation des politiques publiques a adopté le mois dernier 166 mesures destinées à rationaliser les services de l’État et à réaliser des économies dans son train de vie. Il s’agit de bien trop de mesures pour des économies in fine insignifiantes face à la hauteur de la tâche consistant à diminuer la pression des prélèvements obligatoires en France !

rien

Le deuxième conseil de modernisation des politiques publiques, présidé par Nicolas Sarkozy, a adopté le mois dernier 166 mesures destinées à rationaliser les services de l’État et à réaliser des économies dans son train de vie.

Certes, il ne faut pas refuser ces économies pour essayer de limiter l’envolée sans répit des dépenses publiques françaises depuis des décennies. Les 166 mesures sont ainsi censées générer des économies d’environ 7 milliards d’euros à l’horizon de 2011.

Mais il s’agit de bien trop de mesures pour des économies in fine insignifiantes face à la hauteur de la tâche consistant à diminuer la pression des prélèvements obligatoires en France ! En effet, avec des dépenses publiques correspondant à 54 % du PIB en 2007, soit près du billion d’euros (mille milliards d’euros), ne rivalise-t-on pas avec la Suède pour la triste première place de l’économie la plus « collectivisée » de tous les pays de l’OCDE, devant même la Finlande ou le Danemark ? La pression des prélèvements obligatoires n’a-t-elle pas battu des records en 2006, nous plaçant là aussi dans le peloton de tête ?

Le pire est qu’en réalité cette pression risque de ne guère changer. Car à l’insignifiance de l’impact des mesures actuellement proposées s’ajoute parallèlement une accélération dans la création de nouvelles taxes sous la législature actuelle.

Plusieurs nouvelles taxes – taxe sur les poissons, les crustacés et les mollusques, Eco-pastille, contribution sociale sur les stock-options, etc. – ont déjà vu le jour. Plusieurs autres sont également dans les boîtes, à l’image de celle sur les chaînes privées, les opérateurs de télécoms et la publicité sur Internet pour financer la suppression de la pub sur les chaînes publiques.

Il ne faut pas compter sur les mesures d’économies annoncées pour qu’elles changent la donne et qu’on retrouve le dynamisme économique en France !

Valentin Petkantchin, directeur de la recherche, Institut économique Molinari




Institut économique Molinari : proposer des solutions alternatives et  innovantes favorables à la prospérité de l’ensemble des individus composant la  société

Institut économique Molinari
Paris - Bruxelles - Montréal