Sur le site de l’IEM


Pour soutenir notre action :
Appuyer l'iem
Partager nos travaux :

Joignez notre groupe sur Facebook

Le taux de chômage reste très élevé en France et reflue moins vite qu’ailleurs

par Nicolas Marques
jeudi 5 avril 2018.

Texte publié en exclusivité sur le site de l’Institut économique Molinari.

rien

Les statistiques publiées hier par Eurostat montrent que La France reste parmi les pays les plus touchés par le chômage. Le taux de chômage ressortait à 8,9% en février 2018, contre 7,1% en moyenne dans l’Union européenne à 28. Seuls la Croatie et Chypre (9,6%), l’Italie (10,9%), l’Espagne (16,1%) et la Grèce (20,8%) enregistrent des taux de chômages plus élevés.

Elles montrent aussi que le chômage reflue moins vite en France que chez nos voisins. En un an le chômage français a baissé de 0,7% contre 0,9% en moyenne dans l’UE. Le chômage a baissé dans tous les États membres, sauf en Estonie où il a augmenté (+0,7% entre janvier 2017 et 2018). Des baisses très marquées ont été observées à Chypre (-3%), en Grèce (-2,6% entre décembre 2016 et 2017), en Croatie (-2,4%) ou en Espagne (-2,1%). Parmi les mauvais performeurs, la situation de la France s’apparente à celle de l’Italie qui, avec une baisse limitée à 0,6%, peine à réduire son taux de chômage.

Soulignons que tandis que nous peinons à réduire notre chômage, l’embellie est plus que significative chez beaucoup de nos voisins. Neuf pays enregistrent désormais des taux de chômage inférieurs à 5%. Il s’agit de l’Allemagne, du Danemark, de la Hongrie, de Malte, des Pays-Bas, de la Pologne, de la République Tchèque, de la Roumanie et du Royaume-Uni.

Nicolas Marques est chercheur associé à l’Institut économique Molinari.




Institut économique Molinari : proposer des solutions alternatives et  innovantes favorables à la prospérité de l’ensemble des individus composant la  société

Institut économique Molinari
Paris - Bruxelles - Montréal