Brèves de l’IEM

L’IEM s’attaque à la blogosphère ! Deux blogs accueillent déjà nos réactions à l’actualité sur les sites du Journal du Dimanche et du journal La Provence. Proposés à leurs lecteurs, nous vous invitons à les découvrir à votre tour !



Pour soutenir notre action :
Appuyer l'iem
Partager nos travaux :

Joignez notre groupe sur Facebook

La gabelle d’aujourd’hui

par Valentin Petkantchin
mardi 27 mai 2008.

Brève publiée le 27 mai 2008 sur le site du journal La Provence.

Les protestations des marins-pêcheurs contre le prix du gasoil à environ 0,70 centimes le litre ont été sur le devant de la scène ces derniers jours. Le prix de votre dernier plein ne vous a-t-il pas aussi révolté ?

rien

Les protestations des marins-pêcheurs contre le prix du gasoil à environ 0,70 centimes le litre ont été sur le devant de la scène ces derniers jours. Le prix de votre dernier plein ne vous a-t-il pas aussi révolté ?

Si un gasoil à 0,70 centimes le litre – bénéficiant déjà d’exonérations ! – n’est pas jugé bon pour les marins-pêcheurs, comment le double de ce prix ne pourrait-il pas avoir un impact économique néfaste pour les millions de consommateurs et automobilistes français ? Et si les hausses de prix récentes sont jugées insupportables, comment ne pas penser au poids des taxes sur le prix du gasoil (proches des 100% !) qui restent sans commune mesure en comparaison avec celles-là ?

À cet égard, les Français pensent la plupart du temps à la TIPP. Ils pensent moins souvent à la TVA qui ne se contente pas de taxer uniquement le prix du gasoil mais aussi la taxe précédente. Selon les chiffres officiels, la charge fiscale directe correspondant aux deux aurait ainsi augmenté, par litre de gasoil, de près de 3 % uniquement entre avril et janvier 2008 ! (Voir le site de la douane française.)

Avec l’impôt sur les sociétés ou la surtaxation des profits pétroliers voilà autant de ressources ponctionnées par l’État qui ne pourront pas être réinvesties dans des capacités de production future, les seules portant à pouvoir permettre des prix moins élevés de façon pérenne !

Contrairement à nos aïeuls qui s’étaient révoltés contre la gabelle, cet impôt pesant sur l’un de leurs produits de grande consommation (le sel), les protestations actuelles contre les prix élevés des carburants ratent leur véritable cible !

Valentin Petkantchin, directeur de la recherche, Institut économique Molinari




Institut économique Molinari : proposer des solutions alternatives et  innovantes favorables à la prospérité de l’ensemble des individus composant la  société

Institut économique Molinari
Paris - Bruxelles - Montréal