Brèves de l’IEM

L’IEM s’attaque à la blogosphère ! Deux blogs accueillent déjà nos réactions à l’actualité sur les sites du Journal du Dimanche et du journal La Provence. Proposés à leurs lecteurs, nous vous invitons à les découvrir à votre tour !



Pour soutenir notre action :
Appuyer l'iem
Partager nos travaux :

Joignez notre groupe sur Facebook

Jusqu’à 75 000 euros d’amende pour des soldes non autorisées !

par Mathieu Bédard
mercredi 11 février 2009.

Ce n’est pas une surprise, selon les sondages une grande majorité des Français jugent qu’on peut faire de bonnes affaires durant les périodes de soldes. Ce que beaucoup probablement ne savent pas, c’est qu’en période normale, ils auraient pu davantage profiter de prix bradés si la réglementation ne le leur interdisait pas !

rien

Ce n’est pas une surprise, selon les sondages une grande majorité des Français jugent qu’on peut faire de bonnes affaires durant les périodes de soldes. Ce que beaucoup probablement ne savent pas, c’est qu’en période normale, ils auraient pu davantage profiter de prix bradés si la réglementation ne le leur interdisait pas !

En effet, les commerçants désireux de baisser leurs prix de vente hors période de soldes se heurtent à toute une série d’obstacles et à des amendes salées !

À partir du 10 février prochain, date de la fin des soldes, tout commerçant qui voudra écouler ses invendus – fins de série, articles démodés, ou tout simplement se défaire de marchandises en dessous du prix auquel ils les ont achetés – aura deux semaines de soldes flottants en dehors desquelles il se verra attribuer une amende allant de 15 000 euros à 75 000 euros pour « soldes déguisés ». Est-il normal de punir les commerçants qui souhaitent nous faire profiter de prix cassés ?

Ce n’est pas tout, on va jusqu’à interdire aux commerçants certains mots de la langue française ! L’usage de mots comme « braderie », « déstockage », « fin de série », ou « tout doit disparaître » est aussi coupable aux yeux de l’État, et peuvent mériter les mêmes sanctions. Ne frôle-t-on pas l’absurde en créant ainsi de véritables expressions taboues ?

Réglementer le commerce a un coût ! Il est supporté par les consommateurs. Ne nous trompons pas : ne pas écouler les invendus bloque inutilement de la trésorerie et cela encombre les rayons ou l’entrepôt du commerçant, rendus indisponibles pour l’entrée de nouvelles marchandises !

On paie donc tous ces coûts par une offre moins intéressante et plus chère le reste de l’année. Si le gouvernement voulait effectivement rendre du pouvoir d’achat aux ménages il devrait tout simplement libéraliser les soldes en France !

*Mathieu Bédard est chercheur à l’Institut économique Molinari




Institut économique Molinari : proposer des solutions alternatives et  innovantes favorables à la prospérité de l’ensemble des individus composant la  société

Institut économique Molinari
Paris - Bruxelles - Montréal