Articles d’intérêt


Pour soutenir notre action :
Appuyer l'iem
Partager nos travaux :

Joignez notre groupe sur Facebook

Il n’y a pas de complot, c’est la courbe des taux

par Georges Kaplan
jeudi 30 juin 2011.

Texte d’opinion publié sur 24hGold le 29 juin 2011.

rien

Depuis quelques temps, on voit ressurgir dans le discours politique l’idée selon laquelle les banques seraient coupables d’un odieux complot matérialisé par le fait qu’elles peuvent emprunter de l’argent à 1,25% à la Banque Centrale Européenne (BCE) et prêter ce même argent à 3% ou plus à leurs clients et notamment à nos États surendettés [1]. Il va de soi que, présenté tel quel, ce prétendu complot relève au mieux de l’incompétence et au pire de la malhonnêteté intellectuelle caractérisée. Quand la BCE prête de l’argent à une banque, il s’agit d’un prêt au jour-le-jour (i.e. sur une durée de 24 heures) tandis que le taux de 3% fréquemment évoqué, c’est le taux auquel un État comme l’Allemagne emprunte… sur 10 ans.

En effet, les taux d’intérêt à long terme sont naturellement plus élevés que les taux d’intérêt à court terme et ce, que la transaction soit intermédiée ou pas par une banque. A titre d’exemple et à l’heure où j’écris ces lignes, l’État allemand se finance directement sur les marchés financiers à 1,10% sur 3 mois mais doit débourser 1,39% pour emprunter de l’argent à 1 an, 2,18% à 5 ans et 2,98% à 10 ans. C’est ce qu’on appelle la courbe des taux ; laquelle se caractérise principalement par sa pente positive – c’est-à-dire l’écart entre les taux longs (habituellement le 10 ans) et les taux courts (le taux à 3 mois par exemple).

Dans les faits, ce phénomène existe depuis la nuit des temps mais il a fallu attendre Martin d’Azpilcueta [2] pour enfin comprendre le principe qui explique l’existence de cette pente. Ce principe, c’est la « valeur-temps de l’argent ». Vous connaissez sans doute le proverbe qui dit qu’« un tiens vaut mieux que deux tu l’auras ». Ce que signifie cette phrase, c’est que vous et moi préférons disposer d’un euro immédiatement plutôt que d’une promesse – fût elle émise par quelqu’un en qui nous avons toute confiance – de nous donner deux euros à une date distante dans le futur. Une autre manière de dire la même chose, c’est que nous préférons toujours avoir la jouissance immédiate de notre argent plutôt que de la différer dans le temps : c’est pour cette raison que plus la durée du prêt est importante, plus nous réclamons une rémunération élevée.

Mais les progrès des techniques financières ont permis de contourner partiellement cet obstacle : nous avons inventé les titres de créance négociables, les obligations. Une obligation c’est un bout de papier [3] sur lequel celui à qui vous avez prêté de l’argent s’engage à payer les intérêts et à rembourser le montant de son emprunt au porteur. L’immense avantage de cette formule, c’est vous pouvez à tout moment vendre cette obligation à qui vous voulez et ainsi récupérer – en gros – l’argent que vous aviez prêté. Exit donc le problème de l’immobilisation de votre argent jusqu’à l’échéance du titre de créance.

Seulement voilà, en revendant une obligation avant la date de remboursement prévu, vous pouvez perdre de l’argent. Typiquement, si les taux montent, le prix de votre obligation baisse et plus la date de remboursement de votre obligation est distante dans le futur, plus son prix est sensible à une variation des taux. C’est ce que mesure la « duration ». En d’autres termes, un investisseur qui prête de l’argent à l’État allemand à 10 ans prend plus de risque que celui qui achète une obligation à 5 ans et c’est précisément cette prise de risque que rémunère l’écart de taux de 0,8 point de pourcentage évoqué plus haut (2,98% – 2,18%). C’est-à-dire que sans ce surcroît de rémunération, cette « prime de risque », aucun investisseur n’aurait matériellement intérêt à prêter de l’argent à l’État allemand sur 10 ans. C’est aussi simple que ça.

Georges Kaplan ne s’appelle – de toute évidence – pas vraiment Georges Kaplan puisque Georges Kaplan est un leurre. Il gagne honnêtement sa vie sur les marchés financiers et publie régulièrement des articles sur son blog, sur Contrepoints.org et Causeur.fr.

[1] Notez que les banques n’accordent pas de crédits aux gouvernements mais achètent leurs obligations sur les marchés financiers comme n’importe quel investisseur.
[2] Martin d’Azpilcueta (1492-1586) dit « Doctor Navarrus », scolastique de l’École de Salamanque et probablement un des plus grands penseurs de son époque qui, en plus d’avoir expliqué le phénomène, l’a aussi justifié moralement.
[3] C’est bien sûr une image.


Documents
Il n’y a pas de complot, c’est juste la pente de la courbe des taux par Georges Kaplan
Type : HTML (262.2 ko)
Mis à jour le : 30 juin 2011




Institut économique Molinari : proposer des solutions alternatives et  innovantes favorables à la prospérité de l’ensemble des individus composant la  société

Institut économique Molinari
Paris - Bruxelles - Montréal