Articles d’intérêt


Pour soutenir notre action :
Appuyer l'iem
Partager nos travaux :

Joignez notre groupe sur Facebook

« Il faut “dé-scléroser” la France et restaurer les incitations à la création de richesse »

par Frédéric Sautet
mercredi 9 juillet 2014.

Interview publiée le 25 juin 2014 sur Trop Libre.

rien

Interview avec Frédéric Sautet, professeur d’économie à la Catholic University of America à Washington DC.

Trop Libre : Frédéric Sautet, vous enseignez aux États-Unis depuis de nombreuses années maintenant. Quelles sont, selon vous, les différences culturelles qui peuvent exister entre la France et les États-Unis dans leur appréhension de l’économie ? Comment les expliquer ?

Frédéric Sautet : Les études montrent qu’il existe des différences en effet. Que ce soit parmi les populations ou en ce qui concerne les économistes (voir par exemple les études publiées dans Econ Journal Watch). Historiquement, les Américains font davantage confiance à la société civile et au marché que les français. Les raisons sont multiples et remontent à la Guerre d’Indépendance et au rejet de la monarchie de George III perçue comme tyrannique par les colons américains. Depuis lors le rôle de l’État a toujours été volontairement limité aux États-Unis, surtout par les institutions (ex. le Bill of Rights). Le modèle américain repose sur l’idée de la liberté naturelle : l’économie fonctionne correctement car elle est libre et ainsi, elle bénéficie au plus grand nombre. L’histoire française est différente. Le rôle de l’État est traditionnellement plus important, au moins depuis Colbert. C’est une différence culturelle indéniable.

Mais ces dernières décennies ont été les témoins d’une évolution importante aux États-Unis : le rôle de l’État a changé et sa taille a augmenté, surtout au niveau fédéral. C’est un phénomène graduel bien sûr, mais on en voit maintenant certains aboutissants. Aujourd’hui le débat est entre la poursuite d’un modèle plus européen (avec Obamacare par exemple) qui amène son cortège de problèmes (surtout déficit et dette publics) et un retour vers le modèle « rêve américain » qui repose sur le principe de méritocratie (ce que revendique le Tea Party). C’est le futur de l’État-providence qui est en question, car ce sont les dépenses sociales qui ont le plus augmenté depuis les années 1980. Ces transferts sont en grande partie liés à l’évolution démographique (qui est similaire des deux côtés de l’Atlantique) mais aussi aux conditions de l’économie (qui sont traditionnellement différentes des deux côtés de l’Atlantique). Au bout du compte, on est peut-être en train de voir un changement culturel profond aux E-U avec une redéfinition du rêve américain qui pourrait s’européaniser. Les prochaines élections présidentielles seront clés dans les deux pays.

Trop Libre : Comment jugez-vous l’état de l’économie française aujourd’hui ? Que faudrait-il faire pour la rendre plus efficace ?

Frédéric Sautet : La situation de l’économie française est catastrophique. Beaucoup de statistiques le prouvent. Mais prenons un exemple qui est rarement discuté dans les média. La France est classée quarantième et soixante-dixième, respectivement, dans les deux indices qui mesurent la liberté économique (« Economic Freedom of the World » et « Index of Economic Freedom »). En outre, son classement se détériore régulièrement quelque soit la mesure utilisée, ce qui est important en terme de tendance. Tout d’abord cela veut dire que l’économie française ne repose pas sur un modèle d’une économie capitaliste peu réglementée et flexible (contrairement aux affirmations de ceux qui voient l’« ultra-libéralisme » comme la source de tous les maux français). Bien au contraire ! Ensuite cela veut aussi dire que l’évolution du revenu par tête est plus faible que ce qu’elle pourrait être si la France était dans le top 10 ou 15 car les pays les plus libres sont aussi les plus riches par habitant. Le coût d’opportunité en terme de revenus non gagnés va devenir de plus en plus lourd pour les Français. Le modèle français est en train d’appauvrir le pays, relativement et absolument, dans le long terme. Et ces effets se font déjà sentir.

Les E-U se sont longtemps distingués de l’Europe par leur marché du travail plus flexible permettant une plus grande création d’emplois — une différence de taux de chômage de plus de deux points en moyenne (et plus si l’on prend en compte le chômage réel en France). Mais depuis quelques années, les E-U aussi ont chuté dans les classements et sont sortis du top 10. Les effets sont encore peu visibles, mais la tendance est là ce qui n’est pas de bon augure sur le long terme.

Les pays à émuler aujourd’hui, et depuis maintenant une quinzaine d’années, sont l’Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande (en plus de Singapour et Hong-Kong qui sont moins facilement imitables). Ces trois pays sont maintenant constamment dans le top 10, et la santé de leurs économies respectives le montre. Tous les pays du top 10 ont adopté comme objectifs un marché du travail flexible, des dépenses publiques limitées et équilibrées, et des prélèvements fiscaux raisonnables. Ce sont les clés d’une économie prospère sur le long terme. Les pays qui ont poursuivi tant bien que mal ces politiques d’année en année ont engrangé des dividendes énormes (ex. : la Nouvelle-Zélande a un taux de chômage de 6%, en hausse depuis la crise de 2009…).

Réduire les dépenses publiques et revenir à un marché du travail flexible avec un niveau de prélèvements raisonnable est un casse-tête pour l’élite politique française actuelle qui ne veut pas regarder en face la question de la chute de la maison France. Les Français vivent dans un mensonge collectif : celui d’un modèle économique et social hors pair et fonctionnel. Il faut « dé-scléroser » la France de toute urgence en réduisant les entraves aux gains à l’échange et en restaurant les incitations à la création de richesse. L’État doit renoncer aux fausses promesses (en termes de retraites, de prestations sociales, de transferts, etc.) faites dans l’après-guerre ainsi que dans les trente dernières années, et rétablir une société qui repose sur la libre entreprise, un marché du travail flexible, une pression fiscale raisonnable (avec des taux marginaux faibles), et des dépenses publiques limitées et en équilibre. Un tel programme de réformes prendrait moins de cinq ans à mettre en place, et ses résultats changeraient la dynamique économique du pays. Cela impliquerait de faire confiance aux individus pour qu’ils bâtissent pour eux-mêmes et leur famille une existence prospère et libre.

Trop Libre : Le Président Hollande a nommé Manuel Valls premier ministre, qui est connu pour appartenir à l’aile réformiste du Parti socialiste français. A votre avis, la France peut-elle avoir un gouvernement libéral ?

Frédéric Sautet : Si la France a un jour un gouvernement plus libéral, ce sera parce qu’une nouvelle élite aura le courage de faire les réformes pour sauver l’économie. Pour l’instant je ne vois pas qui serait en position de faire cela, mais j’espère avoir tort. On peut avoir des surprises parfois. Personne n’avait vu venir Roger Douglas (NZ), Paul Martin (Canada), ou John Howard (Australie). Pourtant ils ont été présents et ils ont fait des pas de géant dans la bonne direction.

Trop Libre : Au regard de votre expérience, quel est l’avenir du conservatisme aux États-Unis ? Et en France ?

Frédéric Sautet : C’est une question intéressante car le conservatisme est à un tournant important dans son histoire. Aux E-U comme en France, il y a un ras-le-bol de la politique. La droite classique américaine est remise en cause par beaucoup d’électeurs qui veulent des politiciens plus courageux et moins de langue de bois. Certains conservateurs s’en sont rendu compte. Rand Paul, Marco Rubio, Susana Martinez, Scott Walker, Bobby Jindal, ou encore Paul Ryan sont des membres du parti Républicain qui se rapprochent des libertariens. Ils apportent des réponses différentes des conservateurs traditionnels en ce qui concerne la politique d’immigration ou le rôle des E-U dans les conflits internationaux, pour ne citer que deux domaines. Il est fort possible que l’on assiste dans les années à venir à une redéfinition complète du conservatisme aux E-U avec un recentrage sur les valeurs classiques du mouvement (qui sont plus libérales) et un renoncement partiel au conservatisme social et religieux qui a montré ses limites.

Le conservatisme en France fait face à des problèmes similaires. Il est devenu difficile de distinguer les politiques de droite et de gauche tant elles sont semblables. La droite française a le choix entre continuer de nourrir l’étatisme ou s’engager dans les réformes nécessaires pour redresser le pays. Dans tous les cas, un virage vers le libéralisme surprendra tout le monde. En Nouvelle-Zélande, c’est la gauche qui l’a pris en 1984. La droite l’a suivie en 1990. Alors pour la France, qui sait d’où il pourrait venir…

Une version antérieure de cette interview a été publiée sur Trop Libre le 25 juin 2014.




Institut économique Molinari : proposer des solutions alternatives et  innovantes favorables à la prospérité de l’ensemble des individus composant la  société

Institut économique Molinari
Paris - Bruxelles - Montréal