Brèves de l’IEM

L’IEM s’attaque à la blogosphère ! Deux blogs accueillent déjà nos réactions à l’actualité sur les sites du Journal du Dimanche et du journal La Provence. Proposés à leurs lecteurs, nous vous invitons à les découvrir à votre tour !



Pour soutenir notre action :
Appuyer l'iem
Partager nos travaux :

Joignez notre groupe sur Facebook

Gérer un budget : des leçons que l’État devrait s’appliquer à lui-même !

par Guillaume Vuillemey
mardi 23 juin 2009.

71,9 milliards d’euros de déficit fin avril ! Les comptes publics dérapent sévèrement. Fin 2010, la dette pourrait dépasser 80 % du PIB. La France est au bord d’un gouffre financier. Et pourtant, le gouvernement donne des leçons aux ménages pour gérer leur budget !

rien

71,9 milliards d’euros de déficit fin avril ! Les comptes publics dérapent sévèrement. Fin 2010, la dette pourrait dépasser 80 % du PIB. La France est au bord d’un gouffre financier. Et pourtant, le gouvernement donne des leçons aux ménages pour gérer leur budget !

Un nouveau site internet, lancé il y a quelques jours par Nadine Morano, propose des outils et des conseils pour venir en aide aux familles connaissant des difficultés budgétaires. On apprend par exemple qu’« organiser ses dépenses permet de ne pas tomber dans des dettes coûteuses voire incontrôlables » et que « hiérarchiser ses dépenses c’est avant tout distinguer ce qui est nécessaire de ce qui est superflu ».

Au final, ce sont avant tout des conseils de bon sens qui ressortent. Pourtant, ces leçons tombent à point nommé pour le gouvernement, qui ne parvient pas à maîtriser les dépenses de l’État et qui vient une nouvelle fois de se faire rappeler à l’ordre par la Cour des comptes. En certifiant les comptes de la France pour l’année 2008, celle-ci a émit douze réserves, dont neuf substantielles.

Concernant par exemple les organismes publics gérés par l’État (CNRS, Universités, Bibliothèque nationale de France, etc.), la Cour souligne que leurs « comptes sont affectés de graves insuffisances : leur recensement n’est pas fiable, une part trop importante d’entre eux ne produisent pas leurs comptes dans les délais et, avant tout, la qualité de ces comptes et globalement très médiocre ». Les exemples pourraient être multipliés.

Emballement des dépenses, creusement des déficits ou opacité des comptes, aucun de ces maux n’est une fatalité. Pour y faire face, le gouvernement devrait appliquer à la lettre les conseils qu’il vient de dévoiler aux familles !

*Guillaume Vuillemey est chercheur à l’Institut économique Molinari




Institut économique Molinari : proposer des solutions alternatives et  innovantes favorables à la prospérité de l’ensemble des individus composant la  société

Institut économique Molinari
Paris - Bruxelles - Montréal