Notes et cahiers de recherche


Pour soutenir notre action :
Appuyer l'iem
Partager nos travaux :

Joignez notre groupe sur Facebook

Cinq mythes sur le manque de concurrence en présence d’entreprises « dominantes » : l’exemple du cas Microsoft

par Valentin Petkantchin
jeudi 10 mai 2007.

Note économique / Mai 2007

rien

Les autorités anti-trust imposent des amendes et sanctionnent certaines pratiques commerciales au nom de « l’abus de position dominante ». Au lieu de promouvoir la concurrence, de telles interventions reposent sur des mythes, restreignent la rivalité entre concurrents et finissent par dénaturer le processus de marché. Le cas Microsoft fournit un bon exemple de l’effet pernicieux de ces mythes sur la concurrence réelle.

Une situation dans laquelle une ou quelques entreprises détiennent des parts de marché conséquentes – même quand il n’y a pas d’interdiction légale pour de nouveaux concurrents d’y entrer – suscite systématiquement la méfiance des autorités anti-trust à l’image de la Direction Générale de la Concurrence (DG Concurrence) de la Commission européenne.

Mais, comme l’expliquait Friedrich Hayek, lauréat du Prix Nobel d’économie, la concurrence est un processus à travers lequel les individus et les entreprises rivalisent sans cesse et grâce auquel on découvre les prix, les besoins des consommateurs, les innovations, les meilleures technologies et les meilleures pratiques commerciales sur le marché.



Documents
Note économique
Type : PDF (184 ko)
Mis à jour le : 10 mai 2007

Communiqué de presse
Type : PDF (23.6 ko)
Mis à jour le : 10 mai 2007




Institut économique Molinari : proposer des solutions alternatives et  innovantes favorables à la prospérité de l’ensemble des individus composant la  société

Institut économique Molinari
Paris - Bruxelles - Montréal