Dans les médias


Pour soutenir notre action :
Appuyer l'iem
Partager nos travaux :

Joignez notre groupe sur Facebook

Cécile Philippe dans la revue Phébé

par Cécile Philippe
jeudi 15 février 2018.

rien

Cécile Philippe, directrice générale de l’IEM, contribue régulièrement à la revue internationale d’idées de langue française Phébé. Il s’agit d’un magazine du journal Le Point qui vise à éclairer.

Dans la mythologie grecque, Phébé (« la brillante ») était la Titanide de la lumière. Phébé offre un panorama unique de la pensée mondiale. Phébé est alimentée par un réseau de correspondants sur les cinq continents. Leur rôle est d’identifier les publications universitaires les plus originales - livres, articles, rapports de think tanks, conférences - et de les restituer dans des articles accessibles pour le public éclairé. Laetitia Strauch-Bonart, basée à Londres, en assure la coordination éditoriale.

Pour plus d’information : https://phebe.lepoint.fr/qui-sommes-nous
Disponible sur abonnement : https://phebe.lepoint.fr/faq


Son premier article a été publié dans le n°18 du 15 octobre 2017 (Vénézuéla, impasse Chavez). Il s’agit d’une critique de Why Sleep Matters : Quantifying the Economic Costs of Insufficient Sleep, une publication de l’Institut de recherche Rand Europe.

Éloge économique des gros dormeurs (sur abonnement)
Le sommeil serait un nouveau problème de santé public. C’est le constat des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) aux Etats-Unis : une proportion importante de la population ne dormirait pas son dû, à savoir au moins 7 heures. L’Institut de recherche Rand Europe consacre pour la 2ème année consécutive une publication sur le sujet. Ses nombreuses recommandations pourraient à terme nourrir une réglementation comportementale déjà florissante dans les domaines du tabac, de l’alcool et de l’alimentation.

Son second article a été publié dans le n°20 du 29 novembre 2017 (Génération Y : la poussette avant la bague au doigt), puis republié dans le numéro de fin d’année du 24 décembre 2017. Il s’agit d’une critique de Are the ethnically tolerant free of discrimination, prejudice and political intolerance ?, une publication du European Journal of Social Psychology.

L’intolérance des tolérants, ou la tyrannie du groupe (sur abonnement)
Au cours des dernières années, les campus américains sont devenus le théâtre d’un activisme étudiant visant à promouvoir la tolérance, la diversité et l’intégration sociale. Or, à plusieurs reprises, cet activisme a conduit à des actes d’intolérance ou de censure en opposition – semble-t-il – avec l’objectif affiché de tolérance. Ainsi, l’ancienne secrétaire d’Etat américaine Condoleeza Price renonça en 2014 à intervenir sur le campus de l’université Rutgers à la suite de manifestations. La même année et pour les mêmes raisons, l’actuelle directrice du Fond monétaire international, Christine Lagarde, renonçait à donner un discours lors de la cérémonie de remise des diplômes au Smith College. Ces événements et de nombreux autres ont conduit les chercheurs Bizumic, Kenny, Iyer, Tanuwira, et Huxley à se demander si des personnes tolérantes sur le plan ethnique pouvaient se montrer intolérantes à l’égard de ceux et celles qui ne partageaient par leur point de vue. Leur conclusion est sans appel : c’est possible et cela confirme d’autres travaux qui vont dans le même sens.




Institut économique Molinari : proposer des solutions alternatives et  innovantes favorables à la prospérité de l’ensemble des individus composant la  société

Institut économique Molinari
Paris - Bruxelles - Montréal