Vidéos /Audio


Pour soutenir notre action :
Appuyer l'iem
Partager nos travaux :

Joignez notre groupe sur Facebook

Après la crise, la guerre commerciale ?

lundi 10 novembre 2008.

rien

Après la crise, la guerre commerciale ?

Débat diffusé le 10 novembre 2008 à l’émission Du grain à moudre, et animé par Julie Clarini et Brice Couturier, avec : Valentin Petkantchin, directeur de recherche à l’Institut économique Molinari et enseignant à l’Université Paul Cézanne (Aix-en-Provence), Françoise Nicolas, économiste au Centre Asie de l’IFRI et maître de conférence à Paris Est, André Orléan, directeur de recherche au CNRS, et Jean-Louis Laville, professeur au CNAM.

> Téléchargez le podcast > Écoutez sur veotag player

Tout le monde peut voir, en effet, que le sauvetage des banques européennes s’est effectué dans un cadre national et dans des conditions telles que les intérêts légitimes des autres pays membres de l’UE ont été largement ignorés. Tout le monde peut constater qu’au plan américain de soutien à l’industrie automobile (25 milliards de dollars), les Européens viennent de répliquer par un plan similaire pour soutenir les leurs. Tout le monde peut voir des États comme l’Allemagne ou l’Italie adopter à la hâte des dispositifs anti-OPA destinés à empêcher les fonds souverains des pays émergents mettre la main sur leurs fleurons industriels nationaux. Le président du Conseil européen, Nicolas Sarkozy, voudrait pousser les Européens à créer leurs propres fonds souverains pour entrer dans cette logique où les intérêts économiques peuvent relayer des stratégies politiques. Le retour des États dans l’économie se traduit inévitablement par une renationalisation des économies. La mondialisation, qui a rendu les économies nationales plus dépendantes les unes des autres, a accentué aussi les méfiances réciproques. Le candidat favori des sondages, Barack Obama, a promis aux cols bleus du Parti démocrate une renégociation des Accords ALENA, signés par Bill Clinton en 1993. Jusqu’où peut aller ce raidissement des États sur leurs intérêts nationaux ? Karl Polanyi peut-il nous aider à penser le sens de la crise que nous traversons ? (Extrait de la présentation du site de France culture.)




Institut économique Molinari : proposer des solutions alternatives et  innovantes favorables à la prospérité de l’ensemble des individus composant la  société

Institut économique Molinari
Paris - Bruxelles - Montréal