Le chiffre de l’IEM


Pour soutenir notre action :
Appuyer l'iem
Partager nos travaux :

Joignez notre groupe sur Facebook

10 ans

jeudi 1er décembre 2011.

rien

C’est le temps qu’il a fallu au Canada pour retrouver son triple A. Dégradé en 1992 par Standard & Poor’s puis par Moody’s, le pays affichait alors un taux d’endettement équivalant à 64 % de son PIB. Depuis 1970, il enchaînait les budgets déficitaires. À partir de 1993, « la nécessité de regagner la souveraineté fiscale s’impose peu à peu », raconte Jasmin Guénette, de l’Institut économique de Montréal.

Le vrai choc intervient en janvier 1995 : « Bankrupt Canada » titre à la Une le Wall Street Journal.

Un mois plus tard, le Premier ministre, le libéral Jean Chrétien, arrivé au pouvoir à la fin de 1993, présente un budget de rigueur inédit, avec notamment des coupes claires dans la fonction publique fédérale, sommée de réduire ses dépenses de 20 à 25 %. Dès 1997, le déficit est éliminé. Le Canada recommence à emprunter à des taux d’intérêt inférieurs à ceux des États-Unis.

« La réforme de l’État a porté ses fruits rapidement, mais le pays a aussi profité de la croissance américaine et de la faiblesse du dollar canadien, qui a favorisé les exportations », rappelle Douglas Porter, économiste en chef adjoint de la Banque de Montréal. Pourtant, Ottawa devra patienter jusqu’en 2002 pour retrouver chez S & P comme chez Moody’s sa note d’excellence.

Source : « Question sur les agences de notation », l’express.fr, 23 novembre 2011.




Institut économique Molinari : proposer des solutions alternatives et  innovantes favorables à la prospérité de l’ensemble des individus composant la  société

Institut économique Molinari
Paris - Bruxelles - Montréal